Depuis le 26 mars 2020, la ligne d’écoute destinée aux détenus a reçu de nombreux appels.  Elle leur permet, en cette période de crise sanitaire, de garder un contact avec le monde extérieur, via les conseillers moraux, et de mettre des mots sur les situations qu’ils vivent au quotidien. Aujourd’hui, nous faisons le point sur ce service avec Isabelle Renson, chargée de projets « assistance morale » au CAL/Luxembourg.

Un  retour positif des détenus

« Nous pouvons constater que les détenus qui nous appellent sont contents de pouvoir parler à quelqu’un de l’extérieur. L’isolement est difficile à supporter malgré les mesures prises par les directions des établissements (gratuité de la télévision, crédits d’appels supplémentaires, vidéovisites…). Le manque de communication avec les familles se fait sentir. La ligne d’écoute leur permet de parler à quelqu’un, et c’est vraiment  apprécié par les détenus.»

Une écoute active et des échanges appréciés

« Ils nous parlent de leur famille, de leur enfant. L’absence de contact est difficile à vivre et provoque parfois un sentiment d’isolement exacerbé. Les détenus abordent aussi  les conditions de détention durant cette crise sanitaire. Cette dernière rend les conditions de détention plus difficile. Parmi les restrictions, ils déplorent les préaux limités et la suppression des activités. Souvent, ils abordent leur parcours et ce qui les a amenés en prison. Cela nous permet de mieux les connaître individuellement. Ils nous parlent aussi de la cantine, des journées en cellule, des freins et du manque de décision par rapport à leur dossier… Certains d’entre eux sont aussi en demande de conseils notamment par rapport à des démarches à entreprendre. » Tout est au ralenti au sein des prisons.  Cette ligne nous permet d’avoir des informations aussi sur les procédures mises en place dans les prisons face au coronavirus et les évolutions de ces dernières au fil des semaines.

Quelques chiffres…

Depuis le 26 mars, plus de 200 appels ont été reçus, provenant de 50 détenus incarcérés dans 15 établissements pénitentiaires notamment des 3 prisons situées dans notre province : Arlon, Marche-en-Famenne et  Saint-Hubert. La permanence téléphonique est ouverte 6 jours par semaine. 5 conseillers moraux répondent activement aux détenus dont 3 volontaires et 2 déléguées laïques du CAL/Luxembourg.

En cette période de crise sanitaire…

Plus que jamais l’assistance morale est importante pour les détenus. Face aux mesures qui compliquent davantage leur quotidien, cette écoute active permet de briser l’isolement. Elle est appréciée, car elle permet de maintenir des contacts dans un contexte où ceux-ci sont limités ou proscrits. Depuis le début du confinement, nous pouvons tous ressentir le manque de lien avec nos proches et les entraves à nos libertés. Il est d’autant plus important de se préoccuper de celles et ceux qui sont privés de liberté, et pour qui le confinement accentue les conséquences liées à l’enfermement.

Une écoute en ligne, gratuite et confidentielle, pour les détenus  

0800 72 0 74 – le numéro vert mis en place par la FAMD en collaboration avec le CAL/Luxembourg